Les larves de Driles (ici au 2e stade) empruntent au bernard-l’hermite pour le gite, et au ver luisant pour le couvert. En d’autres termes elles s’installent dans la coquille de l’escargot qu’elles dévorent et y demeurent durant toute la durée du stade larvaire en cours. A terme elles muent, puis changent de logement … et de restaurant !
Le choix d’un nouvel escargot est bien sûr déterminant, et en quelque sorte « réfléchi », la taille du logement et du garde-manger devant correspondre aux besoins de la larve. Le moment venu, cette dernière s’affaire autour de l’escargot pressenti, pour bien juger du contenant et du contenu. Si l’état des lieux n’est pas satisfaisant, le gastéropode (trop petit ou trop gros par exemple) est alors abandonné. Dans le cas contraire la larve se l’approprie … et entreprend de le mettre en lieu sûr !
Compte tenu des tailles et poids respectifs le déplacement de l’escargot n’est pas sinécure, d’où le savoir-faire de la bestiole, et l‘importance de la ventouse abdominale faisant office de rotule d’attelage … sauf que la bestiole pousse plus qu’elle ne tire !

Une nouvelle « page entomo » est bien sûr prévue, mais Dame Nature prenant son temps, vous devrez comme moi patienter. En attendant de nombreux insectes sont à découvrir sur : http://www.insectes-net.fr/

ajax-loader