Présentation succincte : La « Rhysse persuasive » (Rhyssa persuasoria), est l’un des plus grands Ichneumons de notre faune, et même d’Europe. Cet Hyménoptère, ennemi juré des larves de Sirex, est considéré comme un « ectoparasite » car ses oeufs sont déposés sur la larve hôte via la très longue et fine tarière de la femelle.
Comment ça marche : De l’extrémité de ses antennes, recourbées pour l’occasion, la rhysse femelle tapote la surface des troncs et rondins des résineux abattus, afin d’y déceler la présence sous-jacente de larves xylophages. En fait il s’agit d’une véritable auscultation car les organes sensoriels hypersophistiqués de ses antennes vont parfaitement la renseigner. Outre la localisation précise des larves recherchées, leur profondeur au sein du bois sera en effet « calculée », afin de vérifier si la longueur de la tarière est compatible. De même le volume du futur déjeuner sera pareillement estimé afin d’assurer le parfait développement de la larve parasite. Quand ces conditions sont remplies, la rhysse se positionne à la verticale pour amener sa tarière entre les pointes des antennes, et donc à l’aplomb de la larve ainsi localisée. Au terme d’un forage pouvant atteindre une quarantaine de mm de profondeur, du moins chez les grandes femelles, un œuf aux allures de spermatozoïde sera déposé sur la larve-hôte.
La tarière : Schématiquement elle se compose de 2 demi-gouttières accolées formant la gaine du stylet perforateur (lui-même composé de 3 éléments) dont l’extrémité n’est pas sans rappeler les vrilles de menuisiers. La tarière peut atteindre 45 mm de longueur pour un diamètre de 2/10 de mm. En présence de bois dur le stylet de chitine « high tech » s’enfonce en coulissant dans la gaine, ce qui permet d’augmenter la pression, et donc de faciliter la pénétration, sans risque de « casse ». A contrario, et donc sur bois plus tendre, le stylet est totalement dégainé et l’on peut alors prendre la mesure de sa finesse. Dans ce dernier cas il peut s’enfoncer « jusqu’à la garde », autrement dit sur toute sa longueur, ce qui donne lieu, à terme, à une très esthétique et spectaculaire « gymnastique » lors de son extraction, et de sa remise en gaine.
Pour tout savoir sur cette étonnante bestiole, voyez ma « page entomo » : https://www.insectes-net.fr/rhysse/rhysse2.htm

ajax-loader