Bien que les nichées soient individuelles, et indépendantes les unes des autres, les abeilles du lierre (Colletes hederae) se regroupent en «bourgades» pour nidifier. Les nids sont souterrains et creusés dans des sols meubles, souvent plus ou moins pentus et sablonneux.
Cette abeille est tardive (septembre), et les mâles, beaucoup plus nombreux, patrouillent inlassablement au ras du sol à la recherche de femelles vierges venant d’émerger à l’air libre. L’accouplement donne lieu à une typique «mêlée» où plusieurs mâles tentent leur chance. Aussi brèves que brutales ces «mêlées copulatoires» se terminent par le départ des malchanceux, et l’essor nuptial des partenaires accouplés, la femelle entrainant l’élu à sa suite.
Les nichées de l’abeille du lierre peuvent être parasitées par les larves, très particulières, d’un petit coléoptère Méloidé (Stenoria analis). Pour en savoir plus sur ces abeilles, et leur étonnant parasite, mais aussi sur de nombreuses autres espèces d’insectes, voyez mes «Pages entomologiques» sur http://www.insectes-net.fr/

ajax-loader