Comme vous le verrez ce papillon mérite bien le qualificatif de «changeant». Propre aux mâles ce joli miroitement violet résulte de la structure des écailles, et il se manifeste selon l’incidence de la lumière solaire.
Le développement larvaire est très long, près d’un an, car la chenillette hiverne. Vous noterez la ressemblance de la tête de cette chenille avec celle de l’escargot, sauf que les « tentacules » sont rigides et n’ont pas de fonction oculaire. Pour mémoire les chenilles n’ont que des « ocelles », et donc pas d’yeux, même si de nombreuses espèces semblent en porter !
Pour tout connaître sur ce papillon, et sur de nombreuses espèces d’insectes, voyez mes « pages entomologiques » sur http://www.insectes-net.fr/

ajax-loader