Alliant la souplesse et la rigidité d’un ressort, le ver gordien (Gordius aquatica, = aquaticus) est également appelé « ver crin de cheval ». Ce ver parasite divers insectes aquatiques et terrestres (criquets, sauterelles, dytiques, hydrophiles, carabes, phryganes, etc …). Ce parasite se développant aux dépens des corps graisseux de l’hôte, les organes vitaux s’en trouvent préservés, ce qui permet à l’insecte de vivre normalement. Arrivé à terme ce ver, dont la reproduction est aquatique, est connu pour pouvoir pousser ses hôtes terrestres au suicide, et en l’occurrence à la noyade. Le parasite quitte alors son hôte en perforant le tégument au niveau de la zone anale (rarement ailleurs). Ces vers sont également connus pour pouvoir se rassembler et s’entremêler autour d’une femelle, d’où l’aspect de « nœud gordien » … et donc l’appellation ce ver !

ajax-loader