L’Apanteles glomeratus (= Cotesia glomerata) est un très petit Hyménoptère Braconidé, voisin des Ichneumons. Il a la particularité d’être « programmé » pour parasiter les chenilles de piérides et notamment celle du chou. Son efficience est telle que la minuscule bestiole peut contrer les plus fortes pullulations d’un papillon considéré comme nuisible.

La femelle du parasite s’attaque aux très jeunes chenilles, et tarière de ponte aidant le tégument est perforé, et les oeufs insérés au sein même de l’hôte. Les larves du parasite, en moyenne 20 à 30 par chenille, se développent d’abord aux dépens de l’hémolymphe, c’est à dire du « sang » de la chenille, puis des corps dits gras, les futées bestioles faisant en sorte de préserver les organes vitaux !

C’est seulement à l’approche de la formation de la chrysalide que le pot aux roses, si l’on peut dire, se découvre. De fait les larves du parasite, elles-mêmes arrivées à terme, se frayent un passage au travers des téguments de la chenille, et « coconnent » dans la foulée. La chenille en quelque sorte exsangue, est évidemment condamnée et sa dépouille reste le plus souvent au contact des cocons du parasite.

Les larves parasites évoluant en même temps que la chenille, cette dernière conserve un comportement tout à fait normal, à telle enseigne que jusqu’au dernier moment rien ne distingue une chenille parasitée d’une qui ne l’est pas. De ce fait les Apanteles sont considérés comme de « simples » parasitoïdes, et non comme de vrais parasites.

ajax-loader