Les insectes et leurs larves n’ont pas de coeur, au sens habituel du terme, mais ils sont dotés d’un vaisseau dorsal, avec une ampoule pulsatile au niveau de chaque segment. Sur cette chenille d’atropos, en attente de se chrysalider, on voit parfaitement les pulsations du « coeur », mais aussi la circulation de l’hémolymphe, autrement dit du « sang » des insectes. Chez ces derniers il est incolore (à de rares exceptions près), mais son rôle est très comparable au nôtre.
Pour en savoir plus sur ce papillon, et sur de nombreux autres insectes, voyez mes « Pages entomologiques » sur http://www.insectes-net.fr/

ajax-loader